Les 50 disques qui comptent : le numéro 4.

Dernière marche avant le podium. On retrouve aujourd’hui un classique en très bonne place chez tous les amateurs de rock au sens très large.

PINK FLOYD, « Wish you were here », 1975

Cela va sans doute paraitre paradoxal, mais si ce « Wish you were here » n’est pas mon album préféré des Floyd, c’est celui que je considère comme le plus important dans mon éducation et mon parcours musical.

Le plus important parce qu’il s’agit d’une porte d’entrée fantastique pour qui souhaite découvrir la discographie très large, et très variée (bien plus qu’on le dit) du mastodonte Anglais.

La première chanson que j’ai connu de Pink Floyd doit sans doute être « Another Brick in the Wall Part 2 », comme beaucoup de gens de ma génération d’ailleurs. Heureusement que je n’ai pas attaqué l’écoute de leur discographie par l’album dont il est issu (The Wall) sans quoi j’aurais vite abandonné le navire Pink Floyd, tant The Wall est un album incroyablement difficile à digérer (et surtout très sur-côté à mon humble avis).

La seconde chanson des Floyd arrivée à mes oreilles, « Wish you Were Here » scellera définitivement mon sort avec les anglais : cette ballade folk me fera définitivement aimer la musique des Anglais, et ce passionnément. Je parlais tout à l’heure de l’album comme une belle porte d’entrée pour le groupe, la chanson du même titre est sans doute, par mise en abyme, la porte d’entrée idéale pour découvrir l’album…même si…même si…ce serait une erreur gravissime de « squizzer » la première piste du disque.

4 notes qui résonnent. Juste 4 putains de notes qui définissent une musique, une ambiance, une atmosphère. Juste 4 notes pour un thème absolument inoubliable. Ce thème, ce sont ces 4 notes qui définissent le son de « Shine On you Crazy Diamond » titre inaugural et véritable hommage à Syd Barrett, premier leader du groupe qui s’est perdu dans la drogue à la fin des années 60.

On connaît l’histoire, le groupe est en train d’enregistrer l’album, un inconnu surgit dans le studio, les membres du groupe mettront beaucoup de temps à reconnaitre…Syd Barrett, leur ancien compagnon, dont le physique est méconnaissable, sans doute dû à ses différentes addictions.

Tout l’album respire l’absence de Barrett, et le titre « Shine on you crazy Diamond », découpé en 2 parties en est le plus bel hommage.

Plus encore qu’Echoes et ses 23 minutes, ce « Shine on You Crazy Diamond » est sans nul doute mon titre préféré du groupe… Cette longue intro aux claviers, cette guitare légendaire de Gilmour si douce, si mélancolique qui s’élève très haut dans le ciel jusqu’à ces fameuses 4 notes qui arrivent au bout de quasiment 4 minutes d’intro sublimissimes.

Ce titre justifierait à lui seul l’achat de l’album, en CD, en vinyle ou sous tout autre format qui permet de l’écouter dans les meilleures conditions. Et cerise sur le gâteau, les autres titres sont hautement recommandables : « Have a Cigar », blues hypnotique et seule chanson interprétée par un membre extérieur au groupe (Roy Harper en l’occurence), ou « Welcome to the Machine » compo futuriste et s’imbriquant parfaitement dans l’album.

Ce « Wish you were here », j’en connais chaque recoin, chaque petite note et impossible aujourd’hui encore d’en être lassé. L’histoire de l’album regorge d’anecdotes absolument dingues (le visuel de la pochette par exemple où la prise du cascadeur en feu a dû être refaite….15 fois), et qui participent à la légende des anglais.

Genre : rock psyché-progressif atmosphérique.

A écouter : au casque, très fort pour toutes les arabesques totalement Gilmouriennes de « Shine On you Crazy Diamond« .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s